Pour changer de langue

 

J'ai décidé de mettre sur notre site des extraits de l'ouvrage « Les métarmophoses de l’esprit. Sur la civilisation turco-tatare » écrit par Rafael Khakimov, directeur de l'Institut d'Histoire de l'Académie des Sciences du Tatarstan.
Les quelques extraits de ce livre que nous présenteront ne respecteront pas leur ordre de présentation du livre mais formeront une sorte de mosaïque.

Je vous présente en premier l'introduction du dernier chapitre. La dernière phrase rappelle l'un des principaux motifs de notre site. Il y est écrit : «Il est temps pour une redécouverte de ce continent appelé Tartarie ».

Inera Safargalieva

 

hakimov r

Au début du deuxième millénaire dans les steppes de l'Eurasie naissaient les cultures turques et slaves. Leurs chemins ont constamment traversé le Don, le Dniepr, la Volga. Parfois l’une ou l’autre dominait. Chacune a défendu sa vérité. La chance a souri à l'un ou l'autre côté.

Les Tatars, qui se sont retrouvés dans l'Empire russe pendant des siècles ont été abandonné par l'histoire.

De plus une mauvaise légende s’est imposée les présentant comme des conquérants sauvages attentant à la terre russe. La science officielle historique eut un but simple : exclure, oubliez la période tatare, noircir la Horde d'Or, humilier les Tatars.

Les historiens russes et occidentaux décrivent, en général, les horreurs de l'invasion mongole et ignorent le caractère créatif du grand Etat (l’empire mongol et la Horde d’Or, ndt). En conséquence, non seulement les Russes, mais les Tatares ne maîtrisent pas leur passé.

La tradition historique russe repose sur la lutte contre les Tatars. En fait, l'histoire des Tatars et des Russes s’appuie sur la Horde d'Or.

Qu'on le veuille ou non la Horde d'Or fut une patrie historique commune aux Tatars, aux Russes et à de nombreux autres peuples.

P.N. Savitsky (géographe russe, 1895-1968, pionnier de la géographie structurale, créateur d’une géopolitique de l'Eurasie, ndt) a écrit dans une de ses lettres L.Gumilev (historien, ethnologue et anthropologue russe, 1912-1992, ndt) : "La Russie s'est montrée une très bonne élève des tartaro-mongols et dans plusieurs domaines l’élève a dépassé le maître...

Seuls les aveugles peuvent nier que la Russie a émergé de la grande scène historique mondiale du fait «joug mongol" en profitant alors de la grande école tartaro-mongole.

Les historiens qui refusent aujourd’hui cette évidente vérité, doivent imaginer, peut-être sans s'en rendre compte, les tartaro-mongols des 13ème au 15éme siècles comme une «race inférieure», une sorte d'animaux sauvages.. Que peut-il venir de bon de bêtes sauvages ?

En réalité, la Russie a reçu beaucoup de bonnes choses des tartaro-mongols. Entre autres choses, elle a reçu d'eux des pratiques de tolérance ethnique et religieuse (voir les lettres Savitsky à Gumilev – dans : Gumilev Black Legend, page 478).

Notamment dans l’histoire de la Horde d’Or, se cachent les principes philosophiques de l’état national de la Russie. Les « frontières naturelles » ne sont pas déterminées par la géographie mais par la culture.
Bien qu’au 20ème siècle l’introduction de la grande culture russe et au travers celle-ci de la culture européenne ait été un grand pas pour les Tatars, c’est aussi un siècle largement perdu.

En ayant traversé le 20ème siècle avec la Russie, nous nous sommes retrouvés une nouvelle fois au début du chemin.

A la fin du millénaire, les Russes et les Tatars étaient encore sur les anciennes lignes. Le nouveau millénaire apporte de grandes épreuves face auxquelles il est logique d'unir les efforts des représentants des différentes civilisations.

Aujourd'hui le Tatarstan et la Russie sont à nouveaux confronté à un choix. Il est difficile de dire comment le différend historique sera résolu !

Les possibilités ne sont pas égales, mais chacun a sa chance. Selon Lev Anninsky (historien, essayiste et critique littéraire russe, 1934-, ndt) : « tout ce qui est nouveau se prépare dans les vieilles entrailles et la malédiction repose en elles, jusqu'à ce qu’à son tour le nouveau soit devenu vieux. La Horde d’Or et la Russie ont lutté pour la domination de l'Eurasie, et à la fin le meilleur gouverneur couronné aura été un moscovite descendant de la Horde ... » (voir « Avec le temple, sur la bibliothèque ?! », éditeur « Patrie » n° 2,1998). Le temps nous le dira, mais pour l'instant, les intellectuels de Moscou et de Kazan tentent de développer une vision pour l'avenir du pays.

Au 10ème siècle des Vikings, dirigés par Leif Ericson ont visité l'Amérique du Nord et ont décrit leur voyage. Christophe Colomb a redécouvert l'Amériquen car il y avait trouvé une carte de la partie nord du continent, compilé par un moine suisse dans la première moitié du 15ème siècle. Il est temps pour une redécouverte de ce continent appelé Tartarie ...

traduction Inera Safargalieva et Jean Potier

 

Copyright © 2019 caravanarba.org - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public